Monuments et curiosités d’Arlay

Mardi 18 mai 2010, par Secrétariat // Histoire

MONUMENTS ET CURIOSITÉS D’ARLAY

Cette terre de prédilection ne pouvait manquer d’attirer et de fixer nos plus lointains ancêtres. La preuve en est donnée par le galet magdalénien trouvé dans la grotte préhistorique de Saint-Vincent, premier habitat humain, plus de 10.000 ans avant J.C.

Le Château d’Arlay, ancienne demeure féodale des Princes d’Orange de la Maison de Châlon, faisant suite à un établissement de l’époque romaine dont les vestiges existent encore, leur château a été construit sur le point le plus élevé.

Détruit et incendié par Louis XI, ce Château protégeait le "Bourg Dessus" dont nous voyons les admirables remparts s’étendre autour de ce village fortifié sur plusieurs centaines de mètres.

Ces ruines délimitent actuellement un parc de 8 hectares ouvert au public et aménagé par la Comtesse de Lauraguais à la fin du XVIIIè siècle selon la mode romantique. Du haut des remparts on domine un paysage très étendu, et en tout premier plan le vignoble s’étale sur des pentes très bien exposées.

Le Château actuel, ancien couvent des Pères Minimes, restauré par la Comtesse de Lauraguais, comprend un bâtiment central abritant de très anciennes caves où l’on élabore aujourd’hui le vin et l’eau de vie produits sur le vignoble situé au pied des remparts, et deux bâtiments plus petits mais importants, servant autrefois d’écuries pour les équipages de la Comtesse de Lauraguais et de ses invités.

Le Château actuel est habité en permanence, on visite les pièces de réception ainsi que certains appartements ornés de mobilier en bois clair fait spécialement à la demande du Prince d’Arenberg en 1830 par un ébéniste de Poligny pour les pièces dans lesquelles il s’y trouve encore. On y voit aussi un musée historique, d’intérêt local.

Autre témoin de la même époque, reconstruit sur l’emplacement d’une métairie qui aurait appartenu à l’Empereur Probus, le Château de Proby avec la légende de sa cave romaine.

Les fouilles du bas de la colline du Montfied Saint-Vincent où ont été mises à jour des parties de la célèbre mosaïque gallo-romaine citée par Abry d’Arcier dans les ruines d’un édifice autrefois somptueux, vu ses marbres, peut-être celui habité en 597 par le duc Valedehène, patrice de Bourgogne dont parle Rousset dans son dictionnaire des communes du Jura en 1853.

Le sous-bassement de la croix du cimetière, derniers vestiges de l’autel de l’importante Église Saint-Vincent établie sur les ruines d’un temple d’Apollon et qui existait déjà vers 650.

Puis la colonie du Rosaire installée dans l’ancien hôpital du Saint-Esprit fondé en 1301.

La Chevance d’Or, demeure historique du XIVè siècle à laquelle un magnifique portail taillé et des tours carrées donnent un très beau cachet. Devant cette enceinte une superbe croix de pierre très ancienne, la dernière des trois croix de miséricordes connues à Arlay.

L’antique rue haute du Bourg-Dessus, avec ses très vieilles maisons aux fenêtres à meneaux et leurs belles caves de style tout spécialement favorables à l’épanouissement du fameux vin jaune de garde.

Le magnifique immeuble à la tour ronde de 1692 admirablement remis en son état d’origine par M. le Conservateur des musés du Jura.

Les restes de la prison féodale, puis l’école dans l’immeuble tournant du Bourg.

Dans tout le village, de très nombreuses anciennes maisons aux toits bordés d’escaliers en dalles, souvenirs de l’occupation espagnole jusqu’en 1678.

De belles croix de pierre dont celle de Juhans édifiée en 1738.

Couronnant la colline de l’Ermitage, l’important ensemble d’immeubles parfaitement et luxueusement rénové sur l’emplacement d’un ancien ermitage fondé par délibération municipale de 1680, lieu de pèlerinage autrefois très fréquenté à la saison des noix et du vin nouveau.

Plus près de nous, l’Église construite en 1818 dans laquelle se trouvent des statues classées monuments historiques et les bénitiers d’entrée venant de l’Église Saint-Vincent donc très anciens.

La fromagerie, bâtiment à usage coopératif établi avec l’aide de la municipalité en 1851 pour la fabrication des premiers gruyères de Comté

Le bel immeuble en pierre taillée de la Mairie-Écoles, construit en 1859 et agrandi entre 1865 et 1870.

L’hôtel des postes en 1905. Des fontaines monumentales de pierre.


Le tout dans un cadre verdoyant, ombragé, sept hameaux judicieusement étalés sur les deux rives de la Seille, reliés par trois beaux ponts de pierre et agrémentés par la traversée de cette jolie rivière.